Rechercher un orthodontiste, prothésiste ou fournisseur

L'orthodontie

L'orthodontie est une affaire de spécialiste

L’orthodontie est la spécialité de l’art dentaire qui consiste à traiter le mal positionnement des dents.

Autrefois, les parents consultaient un orthodontiste à la découverte d'anomalies une fois que toutes les dents étaient implantées :

-Écartements entre certaines dents.

-Dents trop serrées se chevauchant en raison d’une mâchoire trop petite.

-Mâchoire mandibulaire placée devant la mâchoire maxillaire.

-Mâchoire mandibulaire trop en arrière de la mâchoire maxilaire.

Le premier cas est facile à traiter par le fait qu’il existe de la place pour toutes les dents.

Le second cas est plus fréquent et plus difficile à traiter. Les mâchoires sont trop petites et le bas du visage resserré.

L’homme préhistorique avait de larges mâchoires car il devait mâcher de la viande, des légumes crus. Au XXe siècle, la cuisson des aliments a progressé et par manque de temps, les plats préparés ont commencé à s’imposer. Or la plupart de ces plats sont composés de bouillies, des légumes très cuits, quant à la viande, elle est bien souvent hachée ou si cuite qu’il n’est pratiquement plus besoin de mâcher.

La généralisation du travail des femmes a bouleversé l’alimentation de la famille. Les plats préparés par la femme au foyer sont remplacés par des produits élaborés en usine, prônés par la publicité, enrichis de sucre pour créer l'accoutumance. Cette alimentation détruit la santé en provoquant obésité, diabète, encrassement des artères. Les dents ne servent plus à mâcher et les mâchoires rétrécissent et le bas du visage se trouve affiné.

malbouffe s

La prévention

Elle n’a pas pour but d’éviter le traitement orthodontique, mais de faire en sorte qu’il soit le plus léger possible et évite des mutilations c’est-à-dire l’arrachement de quatre dents pour faire de la place dans la bouche. Sauf cas exceptionnels, l’arrachement des dents est  un constat d’échec : mauvaise alimentation et /ou visite trop tardive chez l’orthodontiste.
Trop souvent, les parents attendent l’adolescence pour intervenir quand ils constatent que les dents n’ont pas la place pour pousser ou s'implantent aléatoirement.
La prévention commence dès la naissance !

-Le nourrisson (moins d’un an)

Peu de parents ont conscience que l’orthodontie se conçoit dès les premiers mois de la vie quand l’enfant n’a pas de dents.

À ce stade, il faut absolument privilégier l’allaitement maternel. Le nourrisson possède une toute petite mâchoire inférieure qui se modifie rapidement. Lors de la tétée, le nourrisson produit un effort bien plus important sur le sein que sur une tétine en caoutchouc. C’est essentiel. Si l’allaitement maternel n’est pas possible, une tétine conçue par des orthodontistes sera choisie.

-Les premières dents (de 12 à 18 mois)

Les incisives apparaissent en premier, suivies des molaires. Elles doivent être sollicitées par des aliments que l'enfant doit mâcher. Plutôt que des pots pour bébés comportant une alimentation molle, on préférera des purées avec de petits morceaux de pommes de terre, du jambon découpé en petits bouts, des compotes de fruits comportant des morceaux de fruits.

-Les Molaires de lait (à partir de 18 mois)
Les molaires de lait doivent être mises en action. Il convient d'introduire des légumes et des fruits : carottes râpées, petits morceaux de pomme crue, pain, poulet, fromages à pâte cuite.
Il faut surveiller que l’enfant mâche correctement et n’avale pas de gros morceaux qui pourraient obstruer sa trachée. À mesure que l’enfant grandit, on introduira ces aliments plus durs à mâcher tels que la viande rouge. Les steaks hachés qui figurent dans tous les menus enfants des restaurants sont à éviter, on leur préférera un steak de boeuf. Les viennoiseries sont à proscrire tant pour les graisses qu’elles contiennent que pour l’absence de mastication. Un morceau de pain et une barre de vrai chocolat conviennent pour le goûter.
Les plats cuisinés achetés à l’hypermarché sont à proscrire. Ils ne font pas fonctionner les mâchoires et préparent l’encombrement dentaire avec le chevauchement des dents dans des mâchoires trop petites. La quasi totalité de l'alimentation industrielle contient du sucre raffiné qui est aussi nocif que l'alcool ou le tabac si la quantité dépasse la ration alimentaire journalière. Il crée une véritable addiction dont il est extrêmement difficile de se débarrasser à l'âge adulte. La cuisson des aliments est aussi importante que leur choix. Des petits pois frais, des pâtes fraîches, des haricots verts frais ou surgelés sont préférables aux légumes en boîtes qui ont perdu leur texture et leur couleur.

-La respiration

Il faut veiller à ce que l’enfant ne respire pas par la bouche ce qui conduit le palais à se creuser tandis que les fosses nasales sont ne sont pas assez développées. Il faut traiter les problèmes respiratoires de l’enfant : rhino pharyngites, otites, sinusites. On optimisera la qualité de l'air dans la maison par une VMC de préférence à double flux bien entretenue.

-La génétique

L'origine de certaines anomalies dentaires est génétique. Une bonne alimentation n’engage pas seulement la santé de l’enfant, mais aussi la santé de ses descendants. Un enfant nourri de produits mous va acquérir des mâchoires étroites et transmettre ces caractéristiques à ses descendants. De génération en génération, on constate un rétrécissement des mâchoires.

Le rôle de l’orthodontie est de corriger ces défauts ; une consultation à 12 ans se révèle parfois trop tardive. Les mâchoires et le palais sont formés, les dents définitives ne trouvent pas leur place.
Il faut intervenir le plus tôt possible dès la petite enfance pour entendre les conseils de l’orthodontiste qui réalisera si nécessaire un traitement léger. 
Les pédiatres, les ORL, les dentistes ont un rôle à jouer en conseillant les parents et en les orientant vers un orthodontiste si nécessaire.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour notamment réaliser des statistiques de visites